Une pluie de météorites déclenche une ruée vers l’or spatial en Corée du Sud

météoriteLe 9 mars dernier, une pluie de météorites s’est abattue dans une région méridionale de la Corée du Sud. Deux jours plus tard, deux roches appartenant à la famille des chondrites (une de 9 kg et une autre de 4 kilos) ont été trouvées dans la ville de Jinju dans la province du Gyeongsang du Sud. La roche de 9 kg vaudrait 60.000 euros et un gramme se vendrait entre 3 et 7 euros.

Depuis plus de dix jours, des centaines d’habitants se ruent vers la ville de Jinju , avec pour idée en tête de trouver des débris de cette pluie de météorites.

Il faut dire aussi que les habitants ont été largement tentés étant donné que les deux roches retrouvées étaient loin d’être petites. C’est l’Institut de Recherche Polaire Coréen qui a permis de confirmer que les roches étaient des météorites.

Les habitants affluent équipés de tout type d’instruments (détecteurs de métaux, GPS ) et de nombreux Coréens espèrent désormais eux aussi trouver une roche, dans les collines et rizières de la ville. Certain ont affirmé avoir trouvé des débris prés de la où les roches ont été trouvées.

Le battage médiatique a déclenché une véritable fièvre de l’or spatial affirmant que les météorites peuvent rapporter gros.
Cette ruée motive les chasseurs de météorites coréens mais également les étrangers. En effet, selon le quotidien JoongAng, un Américain serait arrivé et aurait proposé à la population d’acheter tout fragment de pierre extra-terrestre.

Seulement, le Premier ministre Chung Hong-Won a suggéré que le gouvernement s’en porte acquéreur à des fins de recherche et surtout de patrimoine. La Direction du Patrimoine Culturel de Corée comptait également déclarer les météorites partie du patrimoine national afin d’empêcher leur sortie du territoire.
Si certains coréens y gagneraient en les vendant, cela ferait en contrepartie un manque à gagner encore plus important pour le pays. Les autorités considèrent donc à des mesures pour prévenir de telles pertes en désignant les météorites comme des « monuments ».

La dernière fois qu’une pluie de météorite s’était abattue, c’était en 1943, date à laquelle la péninsule se trouvait encore sous le joug de l’Empire japonais. Alors que les recherches se poursuivent, les chercheurs de l’institut ont commencé l’étude des roches retrouvées. Ils s’intéressent également sur l’objet spatial à l’origine de la pluie. Il pourrait s’agir d’une météorite unique divisée en plusieurs morceaux.

Laisser un commentaire

Your comment

Google+